The monday think tank (6) : La Fabrique Spinoza

Chaque lundi, je vous propose de vous présenter un think tank – français ou international – qui aborde explicitement les problématiques de « sustainability » dans ses travaux. L’idée est d’identifier quels sont les principaux think tanks qui pensent (et articulent) la soutenabilité économique, sociale et environnementale de notre monde et de nos sociétés. Sixième de notre série : La Fabrique Spinoza (FRA, 2010).

La Fabrique Spinoza est une association loi 1901 basée à Paris. Fondée par Alexandre Jost, la Fabrique Spinoza se définit comme un think tank citoyen dont la mission serait de « redonner au bonheur sa place au cœur de notre société. » Ainsi, elle promeut une recherche et une réflexion démocratique sur le bien-être citoyen et sa mesure. L’équipe permanente est composée de seulement trois salariés dont son délégué général-fondateur. Sauf erreur de ma part, l’association ne donne malheureusement pas de renseignements sur ses ressources financières. En 2013, la Fabrique Spinoza disposait d’un budget de 80K€ (sources : 40% provenant de prestations sur le bien-être citoyen auprès de collectivités territoriales, 40% de prestations sur le bien-être au travail d’entreprises privées et 20% de dons). A ce budget, nous pouvons ajouter 80K€ de mécénat de compétences qui permettent à la FS de fonctionner. (Je remercie Alexandre Jost pour son retour rapide sur le budget). Expert du bien-être, notons que la Fabrique Spinoza a participé à la commission Attali sur l’économie positive et est l’un des correspondants en France du projet wikiprogress. Ce projet international hébergé par l’OCDE vise à favoriser les échanges afin d’élaborer une mesure du bien-être des sociétés.

La Fabrique Spinoza organise ses activités autour de 11 thématiques de travail :

  1. Science du bien-être : une science en construction sur les déterminants individuels et collectifs de l’épanouissement humain
  2. Politiques du bien-être : les approches politiques des organisations internationales, États ou collectivités sur le bien-être sociétal
  3. Indicateurs du bien-être : les travaux sur les outils de mesure du bien-être, les indicateurs de développement ou de richesse
  4. Bien-être au travail : l’étude du bien-être dans le monde professionnel, sa mesure, son impact sur la performance, ses déterminants, ses pratiques
  5. Richesse et bien-être : l’étude du lien entre richesse et bien-être, à travers le prisme notamment de la philanthropie, du matérialisme, etc.
  6. Médias et bien-être : un examen des liens entre les médias, notamment TV, et le bien-être collectif et individuel
  7. Mixité et bien-être : un travail sur le sujet de l’égalité femmes-hommes, un état des lieux, son lien avec l’épanouissement et les politiques le favorisant
  8. Santé et bien-être : une exploration sur la nature du lien, et sa direction, entre la santé et le bonheur
  9. Éducation et bien-être : un double questionnement sur le bien-être dans le système éducatif, ainsi que sur le lien entre système éducatif et bien-être futur
  10. Ville et bien-être : une réflexion à conduire sur la configuration de la ville, son organisation et sa positivité ou sa capacité d’épanouissement humain
  11. Le Marketing Positif : un travail sur la capacité des marques à réenchanter leur relation aux citoyens

Nous pouvons regretter l’absence d’organisation par axes de ses thématiques de travail qui aurait l’avantage de structurer la stratégie éditoriale, de la valoriser et d’en faciliter l’accès. Parmi ses travaux, je vous invite à découvrir les publications sur les indicateurs de développement, ainsi que le pacte Spinoza visant à promouvoir de nouveaux indicateurs de mesure du bien-être citoyen en France auprès des candidat(e)s à l’élection présidentielle de 2012.Notons que les rapports d’études proposent des réflexions intéressantes et bien construites.

Au-delà de la production de contenus sur le bien-être, la Fabrique développe des initiatives originales afin de les promouvoir auprès du plus grand nombre : des conférences, des master-class en partenariat avec l’école centrale de Paris, des dîners « happy culture » en partenariat avec Adgency Group, des ateliers auprès de lycéens, etc. Enfin, le think tank propose une offre de services de consulting pour les entreprises et les collectivités (filiale détenue à 100% par l’association) : Action Spinoza. Je trouve que ce think tank est très actif par rapport à ses ressources et son positionnement de spécialiste sur le bien-être et sa mesure se révèle pertinent.

A l’image de certains think tanks anglo-saxons, la FS mène ses campagnes médiatiques au moment opportun (ex : pacte Spinoza lors de l’élection présidentielle), développe une activité commerciale et semble déployer une stratégie de lobbying plutôt intéressante. La Fabrique Spinoza assume ainsi son « devoir d’influence » (cf. le très récent ouvrage de Nicolas Narcisse en cours de lecture)

Retrouver l’entretien d’Alexandre Jost dans le magazine de l’Observatoire des think tanksThink n°17 (décembre 2011)

Derniers rapports en date

Suivre les activités de la Fabrique Spinoza sur les réseaux sociaux : Twitter  –  Facebook  –  Scoop it

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :