Nicolas Hulot, sa fondation, son think tank,

Pour répondre aux défis écologiques et politiques, hier (30 janvier 2013), Nicolas Hulot a officiellement lancé son think tank, hébergé au sein de sa Fondation (FNH). Le think tank de la FNH se veut être « le premier think tank écologique » (ce qui n’est pas tout à fait exact lorsque l’on pense à l’IDDRI ou Novo Ideo) et un « laboratoire d’idées innovantes pour la transition écologique ». Ce dispositif vient compléter les actions déjà engagées par la Fondation depuis sa création en 1990 et vise à accompagner les pouvoir publics vers un nouveau modèle économique. Nicolas Hulot définit ce think tank comme « le chaînon manquant entre les diagnostics scientifiques et l’action politique ». Je vous invite à voir ou revoir la vidéo de Nicolas Hulot présentant  les raisons de la création de son think tank.

La création du think tank de la FNH repose sur le constat que la prise de conscience écologique de ces dernières années n’a pas été suivie par une mutation de la société et une transformation des politiques publiques. Face aux enjeux planétaires auxquels nous sommes confrontés, à la finitude du monde et de ses ressources, aux conséquences de la poursuite de nos modes de vie actuels, il était indispensable de passer à la vitesse supérieure pour tenter de rompre l’immobilisme politique. Nicolas Hulot souhaite rassembler, structurer, rendre lisible, audible et crédible dans le débat public les alternatives de société qu’il défend. Dans le même temps, le think tank a pour ambition de replacer l’écologie à sa juste place, c’est à dire dans le cadre d’une vision globale. Une vision que nous pourrions aisément qualifier de solidariste lorsque Nicolas Hulot défend une exigence de « solidarité » planétaire (dans l’espace) et une « responsabilité » de la décision (dans le temps). Deux principes que je défends dans ma ligne éditoriale (Cf. à propos du blog)

L’ambition est clairement inscrite dans la déclaration du projet : « Nous nous donnons pour tâche d’établir un meilleur diagnostic sur notre époque, d’élaborer une plus grande conscience écologique, et d’œuvrer à la transition vers un monde durable et équitable. Les outils conceptuels émergent au sein de divers travaux universitaires, institutions scientifiques et initiatives civiles à travers le monde. Nous souhaitons participer à leur mise en cohérence, leur amplification. Le nouveau paradigme est là, nous souhaitons participer à son émergence. S’il faut agir, c’est maintenant. Le coût du retard risque d’être trop élevé. Mais nous pensons encore possible de transformer la menace en une promesse à la fois crédible et désirable. » De premiers travaux et publications portant sur la transition énergétique et la fiscalité écologique sont déjà en ligne.

Le nouveau think tank pourrait être soumis aux mêmes critiques que la FNH. En effet, ses détracteurs pourraient pointer du doigt son mode de financement et ses principaux mécènes et jeter le doute sur l’indépendance de ses positions. Toutefois, plutôt que de juger a priori, il semble plus sage et plus juste de mesurer son indépendance à l’épreuve des faits et des réalités à venir.

Dernier détail, le think tank affiche explicitement sa mission de « lobbying ». Souvent et rapidement définit (à tort selon moi) comme une atteinte à la démocratie, le lobbying est ici reconsidéré comme il se doit, c’est à dire comme une méthode de dialogue entre des acteurs de la société et des décideurs politiques. Les débats ne font que commencer…

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :