Présidentielle 2012 : Où allons-nous ?

Alors qu’en ce moment, des discussions autour du halal semblent faire l’objet de toutes les attentions médiatiques comme si nous allions voter pour le premier boucher de France, d’autres voix s’élèvent pour pointer d’autres problématiques. Parmi elles, celle de Michel Rocard qui constate avec déception que la campagne présidentielle ne se préoccupe pas des problèmes de fond. Il vient de publier ses réflexions chez Odile Jacob Mes points sur les i et relaie l’appel du Collegium International.

Mais où est passé l’écologie ? Les primaires d’EELV devaient permettre à l’environnement de gagner sa place à la tribune. Qui se préoccupe de la gouvernance mondiale ? Les problèmes du monde sont les problèmes de la France. Ils en sont d’ailleurs souvent la cause. A l’image du Club de Rome qui avait alerté les politiques sur les limites de la croissance économique en 1972, le collegium international appelle à une gouvernance mondiale solidaire et responsable. Des résolutions financières et écologiques sont évidemment inscrites dans cet appel signé par de nombreuses personnalités intellectuelles comme Edgar Morin, Stephane Hessel, René Passet, Peter Sloterdijk pour ne citer qu’eux.

Il serait également de la responsabilité des principaux think tanks français d’apporter leur pierre à cet édifice intellectuel, de mettre sur l’agenda politique et médiatique les thèmes les plus globaux sur lesquels ils travaillent, de promouvoir ces travaux en priorité. Des notes, des compte rendus de conférences, et des rapports ont été publiés par les Fondations politiques ces dernières années. Aux médias aussi de les remettre à leur juste place dans les débats à venir. Parlons davantage d’Europe, de gouvernance mondiale, de finance et d’écologie car les réformes locales ne pourront être pérennes et efficaces que dans un cadre cohérent. A l’instar des pensées de Blaise Pascal, pouvons-nous véritablement comprendre le tout sans connaître les parties qui le constituent. Et comprendre les parties sans connaître le tout ? Et finalement, pouvons-nous penser décemment demain sans essayer de comprendre après-demain ?

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :