Le principe de précaution dans le monde

La Fondation Jean Jaurès et la Fondation pour l’Innovation Politique se sont associées pour publier une note d’analyse sur le principe de précaution dans le monde. A l’heure où le Grenelle II tente d’être mis en œuvre de manière plus concrète, il est en effet très intéressant de se pencher sur ce concept. Vous pourrez retrouver la note rédigée par Nicolas DE SADELEER (Professeur à l’Université Catholique de Louvain, Belgique) sur le site de la Fondapol ou sur celui de la FJJ. Cette publication est suivie d’un colloque qui aura lieu le 12 avril à Paris.

Autour de Dominique Reynié, Gilles Finchelstein et Nicolas de Sadeleer, une dizaine de personnalités viendront confronter leur point de vue sur la question lors de ce colloque. Notons les présences de François Ewald, Aurélie Filippetti, Guillaume Klossa (Mc Donald’s), Dominique Maillard (RTE), Philippe Tourtelier, Alain Gest ou encore Bettina Laville. Inscription libre sur les sites des deux fondations.

Au delà du thème et de ses interprétations qui feront probablement débat, il faut souligner le travail en commun de deux grandes fondations politiques. Au delà des clivages partisans entre les deux, cette réflexion permet de les dépasser en travaillant ensemble. La valeur ajoutée de ce type d’action me semble intéressante car elle permet un véritable débat d’idées. Les think tanks français l’ont bien compris et s’associent de plus en plus entre eux et/ou avec des supports de presse pour diffuser leurs publications et réflexions. Leurs tailles, relativement modestes au regard des budgets des fondations allemandes ou américaines, les incitent (contraint) fortement à ce type d’initiatives conjointes. Une nouvelle spécificité française pourrait se dessiner si à l’avenir, les acteurs densifient leur stratégie de partenariats afin de renforcer la capacité globale de diffusion du réseau des producteurs d’idées. De la notion très américaine d’ideas brokers, nous passerions aux ideas sharers

Quatrième de couverture de la note :

Apparu en droit international et européen au cours des années 1990, le principe de précaution consiste à prendre des mesures pour prévenir des risques potentiels sans qu’une expertise technique ou scientifique fonde leur existence. Ce principe s’est progressivement a!rmé dans notre système juridique, jusqu’à être intégré au préambule de la Constitution française en 2005. Six ans plus tard, sa portée est mal connue : s’agit-il d’une exception française ? Comment est-il appliqué en Europe et dans le monde ? Quel est enfin l’avenir du principe de précaution ?

Afin d’apporter des réponses à ces interrogations qui dépassent les clivages traditionnels, la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation pour l’innovation politique publient conjointement la présente note.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :