l’UMP et son « Conseil des Think Tanks »

Sous l’impulsion de Jean-François Copé (Secrétaire général) et de Bruno Lemaire (Délégué général au projet), l’UMP souhaite rassembler les courants et les idées de la droite (ou plutôt des droites) en vue de la prochaine élection présidentielle. Le 18 janvier, s’est tenu rue de la Boétie le premier conseil des think tanks rassemblant 35 clubs et instituts de réflexion politique. L’enjeu est de créer une dynamique intellectuelle autour de la construction puis de la promotion du programme de Nicolas Sarkozy pour 2012. En effet, ces boîtes à idées peuvent jouer deux rôles : celui de contributeurs et celui de promoteur le moment venu. Il s’agit donc d’émulation et de coordination. Cette structure répondant de manière formalisée au laboratoire des idées du Parti Socialiste piloté par Christian Paul.

Autour de cette grande table, nous retrouvons des instituts bien connus comme la Fondapol de Dominique Reynié, la Fondation Concorde de Michel Rousseau, la Fondation Robert Schuman de Jean-Dominique Giuliani, l’IFRAP de Bernard Zimmern, l’Institut économique Molinari de Cécile Philippe, l’Institut Turgot d’Henri Lepage, sans oublier Génération France fondée par JF Copé évidemment. A leurs côtés, de nombreux clubs et cercles politiques dont Le Chêne de Michel Alliot-Marie, Nouvelle République de Michel Barnier, Les Progressistes d’Eric Besson, Réforme & Modernité d’Hervé Mariton ou encore France 9 de François Fillon. Mêmes les plus récents ont été conviés à ce rassemblement préélectoral comme La Droite Sociale de Laurent Wauquiez, le Club 89 de Benoist Apparu, le Labo des idées de Valérie Pécresse ou le tout nouveau Cercle des Gaullistes Sociaux et Républicains de Roger Karoutchi. A ces organisations et réseaux de taille et de structuration très variable, ajoutons deux grandes fondations étrangères : la Konrad Adenauer Siftung (Allemagne) et Fundación para el Análisis y los Estudios Sociales (Espagne).

Ce conseil a l’avantage de rassembler la plupart des familles politiques se revendiquant de la droite : les sarkozystes, les libéraux, les ultra-libréaux (néo-libertariens), les gaullistes et néo-gaullistes, les nationalistes, les souverainistes, et les démocrates-chrétiens. Notons toutefois une tendance majoritaire vers le libéralisme économique. Ce conseil montre finalement le véritable visage de l’UMP, celui d’une diversité considérée comme une force par Copé, ou celui de la division considérée comme une faiblesse par ses opposants au sein du parti. Toute l’histoire des droites françaises depuis la révolution chère à René Rémond  y est symbolisée mêlant union et désunion, alliances et affrontements, ambitions individuelles et dessein collectif.

Mais au delà des familles idéologiques, ce conseil rassemble également sans le dire les membres du gouvernement et les parlementaires les plus en vue. Un nouveau format de dialogue entre l’exécutif et le législatif dont M. Copé se félicite car cela poursuit le travail initié lorsqu’il était en charge du groupe parlementaire UMP à l’Assemblée Nationale.

Ce conseil et ce projet porté par Bruno Lemaire enterre toutefois le projet dont NKM et Laurent Wauquiez étaient chargés avant la le remaniement gouvernemental. Jean-François Copé imprime déjà sa marque au sein de l’UMP travaillant ainsi pour 2012 et surtout 2017…

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :