Définir les think tanks….

Je suis intervenu aujourd’hui au sein d’une formation sur les think tanks français organisée par l’agence de communication corporate I&E. Les échanges avec le public et les deux autres intervenants (Jean-Damien Pô de L’institut de l’entreprise et Romain Prudent de la Fondation Terra Nova) furent riches et passionnants. De nombreux sujets ont pu être abordés autour de l’émergence des think tanks en France, de leur financement, de leur influence et des limites auxquels ils sont confrontés. Je remercie les organisateurs et les participants pour ces débats.

L’objet de ce post n’est pas de rendre compte de ces échanges mais d’en profiter pour rebondir sur une question qui semble, aux yeux de nombreuses personnes, essentielle à la compréhension des think tanks : « quelle est la définition d’un think tank ? ». En guise d’introduction, je vous renvoie à la philosophie d’apprentissage développée par l’Observatoire français des think tanks. Ainsi, par nature, définir un objet impose de lui donner une fin, une limite afin de le rendre plus intelligible. Toutefois, cet effort de définition peut induire dans le même temps un biais considérable pour étude ouverte d’une forme d’organisation aux contours toujours évolutifs. La définition présente une norme et devient excluante pour les structures qui ne respecteraient pas les critères d’entrée. La définition peut être utile pour l’analyse quantitative des think tanks afin de dégager des tendances. Par contre, une analyse qualitative plus souple permet de comprendre les mutations qui s’opèrent au sein de cet écosystème. Contentons-nous de regarder ces organisations d’un œil inclusif.

Par ailleurs, une définition trop stricte exclurait une très grande majorité de think tanks en France si on considère importants des critères comme l’indépendance (sujet sur lequel nous reviendrons) ou la capacité à développer un pôle de recherche interne. Par conséquent, cela appauvrirait le champs de notre analyse. C’est la raison pour laquelle, j’ai choisi dans ce blog de parler de think tanks et des principaux producteurs d’innovation politique. J’ai également pris le parti de les classer par facilité d’usage en 4 grandes catégories : les Fondations politiques, les instituts privés, les centres d’analyse publics, et les clubs/cercles. Les structures les mieux dotées et les plus structurées se retrouvent généralement dans les trois premières catégories. J’ai souhaité créer une catégorie pour les structures publiques car, au regard du système politique français, elle constituent une force d’expertise incontournable dans les processus de  décision. Les clubs (politiques ou d’entreprises principalement) et les cercles, très nombreux en France, regroupent un ensemble hétérogène d’organisations dont les activités peuvent parfois se confondre avec les structures des trois premières catégories.

Je reviendrai plus en détails sur chacune de ces catégories dans mes prochains billets car le naming des think tanks en France peut être une autre source de confusion pour les observateurs. En effet, les organisations peuvent utiliser la dénomination de fondation, de centre, ou d’institut sans contraintes juridiques particulières ajoutant de la difficultés aux volontés de circonscrire un périmètre stable et légitime. Notons que cette nomenclature n’est pas une classification figée bien heureusement. Son utilité est de disposer d’une clé d’entrée pour l’observation des think tanks. Le mot think tank est d’ailleurs utilisé comme un vocable généraliste. Au sein des posts de ce blog, comme vous avez pu le remarquer, je préfère utiliser lorsque cela possible des termes plus précis. La recherche française en sciences sociales sur les think tanks est encore timide. Nous resterons attentifs aux évolutions et aux études permettant d’éclairer notre sujet, voire d’ajuster notre regard sur ce dernier si besoin. Notre objet d’étude reste en construction chemin faisant. Je préfère aujourd’hui laisser de la souplesse dans mon périmètre d’observation et de privilégier l’apprentissage (poursuivant ainsi la démarche initiée au sein de l’Oftt). Je suis convaincu que d’autres observateurs iront dans le sens de la définition. Cela permet en plus d’ouvrir le débat !

Étiquettes : , ,

2 responses to “Définir les think tanks….”

  1. Jean-Marie Cabrières says :

    Merci à vous Amaury pour cette excellente contribution. C’était une matinée en effet très enrichissante.

    Les frontières sont parfois floues entre les termes de fondation, think tanks, cercles et autres groupements professionnels. Vous avez contribué à mieux nous les faire comprendre.

    A bientôt

    Jean-Marie Cabrières

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :