L’Ecologie politique, combien de divisions ?

Aujourd’hui, a l’occasion des assises nationales du rassemblement des écologistes qui se sont déroulées à Lyon, les Verts et Europe Écologie ont fusionné. Une union avec pour ligne de mire la présidentielle 2012 et une volonté de refondre la matrice politique française.

Projet qui peut sembler ambitieux pour un mouvement aux contours encore flous. Projet qui peut aussi apparaitre comme un pari, une véritable innovation dans le champ du politique, un nouveau levier de mobilisation collective. L’innovation politique attendue sera davantage dans la méthode de gouvernance et de participation (via la coopérative) que dans le naming de ce nouveau parti « Europe Écologie Les Verts »….

Les verts, souvent raillés pour leurs querelles intestines ou leur improbable capacité à l’immobilisme sur les grands débats vont donc s’allier au mouvement Europe Écologie. D’un côté, un parti perdu entre ses illusions et ses divisions. De l’autre, un mouvement hétéroclite porté par sa démonstration aux élections européennes mais dont l’électorat reste une inconnue pour de nombreux observateurs politiques. En effet, les électeurs d’EE semblent se distinguer du comportement électoral traditionnel ouvrant une nouvelle perspective à la réflexion politique.

La Fondation Jean Jaurès a eu la bonne idée de publier l’essai de Denis Pingaud intitulé « Europe Écologie : électorat volage, électorat stratège » L’auteur, vice-président exécutif d’opinion way, s’interroge sur les aspirations et les positions des amis de Daniel Cohn-Bendit. Je vous invite à lire cet essai court. Cet ancien dirigeant d’Euro RSCG C&O et proche de José Bové qualifie l’électorat d’EE de volage, stratège et distant.

« Volage » d’abord car s’il se déclare majoritairement de gauche, il ne s’y confond pas. En effet, seuls 3 electeurs sur 5  se revendiquent de gauche. Par ailleurs, une majorité n’envisage pas un abandon de la filière nucléaire dans la politique énergétique de la France. Premier avertissement aux élus verts sur cette question hautement symbolique et politique. « Stratège » ensuite car ils ambitionnent d’exister au sein du paysage politique français. Ils ont le souhait d’apporter leur propre contribution a la critique du système capitaliste et de « reformater » l’opposition a Nicolas Sarkozy. « Distant » enfin car ils ne sont pas tous solubles dans un nouveau parti politique. Fortement attachés a leur autonomie [mais difficile à conserver pour exister dans le système de partis], les électeurs sont partagés sur la question des alliances et de la stratégie présidentielle a adopter.

Ainsi, au regard des enseignements de cet essai, l’union des écologistes, si elle constitue un potentiel levier d’innovation politique, devra faire face a des défis de contenu programmatique et de méthode a l’aune de la présidentielle. Il sera intéressant de suivre la construction du programme électoral de ce nouveau rassemblement et les réalisations de la coopérative, instance de dialogue et de réflexion du parti avec la société civile.

Étiquettes : , ,

Trackbacks / Pingbacks

  1. Twitted by AEGEsphere - 13 novembre 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :