Parole à la Fondation Copernic dans le Nouvel Obs

Dans sa rubrique « les débats de l’Obs » du 28 octobre, le Nouvel Observateur donne la parole au sociologue Willy Pelletier, coordinateur général de la Fondation Copernic. L’hebdomadaire l’interroge sur les raisons profondes de la fronde sociale qui agite la France depuis quelques semaines et prend un essor particulier auprès de la jeunesse.

Selon lui, toutes les générations « vivent la précarisation du travail […] et les effets de l’affaiblissement généralisé de l’État ». Le mouvement social dépasserait le cadre de la réforme des retraites initiée par le gouvernement et constituerait une forme de cristallisation des ressentis de la population envers le Président de la République, et surtout vis-à-vis de sa politique qualifiée de « néolibérale ».

Willy Pelletier ne mâche pas ses mots contre cette avancée du néolibéralisme masquée par quelques « gesticulations ponctuelles destinées à tromper l’opinion ». L’Etat français serait donc en danger face aux tenants de la pensée de Milton Friedman : « un Etat chargé d’organiser l’insécurité sociale pour préserver les intérêts des plus puissants, en organisant le repli  sur soi des citoyens, la précarité comme perspective de vie ».  Il évoque une politique de civilisation, un changement de cap de la vision de l’intérêt général, un défi à relever pour la Gauche en 2012 (si elle l’emporte).

Willy Pelletier revient sur des thèmes de travail de la Fondation Copernic comme le démantèlement de l’État ou encore la faillite des élites. Proche des mouvements altermondialistes, la Fondation a été créée en 1998 pour lutter  contre les effets du libéralisme. Aujourd’hui, elle est co-présidée par Caroline Mécary (Avocate qui a longtemps défendu le droits des homosexuels) et Leila Chabi (militante associative, fondatrice des mouvements « génération précaire » et « jeudi noir »). Cette coprésidence illustre bien deux particularités de Copernic dans le paysage des Think tanks en France : 1- la place accordée aux femmes au sein du bureau [nous reparlerons de ce sujet a l’occasion d’un post dedie] ; 2- la place accordée au militantisme associatif [vs les parcours plus académiques ou politiques].

A 1 an et demi de la présidentielle, disposant de ressources financières limitées, la Fondation a toutefois l’opportunité  d’émerger davantage et de faire entendre sa voix si elle parvient à poursuivre son travail critique et à produire de nouvelles propositions. Le débat sur le libéralisme n’est pas clos et semble intéresser les médias.

Étiquettes : , , , ,

Trackbacks / Pingbacks

  1. Twitted by AEGEsphere - 31 octobre 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :