Connaissez-vous Big Think ?

Ce site américain nous propose une nouvelle manière de penser l’innovation politique. Il ne s’agit plus de construire l’univers des possibles et des souhaitables pour arriver à des idées raisonnables et raisonnées mais de formater un nouveau cheminement intellectuel basé sur le partage et la provocation. Par exemple, Big Think n’hésite pas à proposer à ses lecteurs de débattre d’idées saugrenues dans sa rubrique « dangerous ideas« .

A date, plus de 30 idées dites « dangereuses » ont été postées. Chaque idée est d’abord présentée aux lecteurs, souvent appuyée par un témoignage vidéo d’un expert reconnu dans sa discipline. La logique et les bénéfices de l’idée sont expliquées. Puis, l’idée  est contestée dans la conclusion « why we should reject this ». Le débat est ouvert ! Il faut avouer que les idées sont vraiment choquantes car elles se situent en dehors de toute moralité ou de cadre éthique. Cela nous permet de nous confronter à des sujets que nous renions volontairement.

Quelques exemples pour vous inviter à découvrir ce site : légaliser la vente de reins, bloquer les rayons du soleil pour lutter contre le changement climatique,  mettre fin à l’aide financière internationale vers l’Afrique, légaliser toutes les drogues, autoriser l’euthanasie de nouveaux-nés handicapés, accorder le droit de vote aux prisonniers, taxer les obèses,  autoriser le dopage des sportifs professionnels, etc.

Big Think et sa rubrique « dangerous ideas » ont le mérite de capter notre attention et de renouveler les termes du débat intellectuel en repoussant ses frontières. En effet, ce ne sont pas de doux illuminés qui viennent proposer ces idées mais de grandes personnalités scientifiques, des prix nobel, des experts internationaux comme Stephen Hawkins, Peter Singers, Noam Chomsky ou encore Gary Becker.

D’autres rubriques dans la partie « blogs » sont accessibles. L’une d’elle s’intitule  « think tanks » et se présente comme un espace de discussion des nouvelles idées soumises par les éditeurs du site et ses experts contributeurs. Un site à découvrir pour se faire ses idées.

Concernant le projet Big Think, il a été créé en 2007 par Victoria Brown et Peter Hopkins comme un YouTube des idées. Le site s’est construit selon le principe suivant : « We do not believe that experts have all the answers. On many subjects deep thinkers disagree. We do believe that we will all make better decisions in our personal and professional lives if our thinking is informed by expert opinion. » L’ambition est donc de mettre des penseurs à la disposition de chacun afin de lui permettre de construire son raisonnement, sa position. Une façon kantienne d’éclairer le citoyen dans sa décision. Un rôle de passerelle intellectuelle entre le citoyen et le penseur que de nombreux think tanks négligent trop souvent…

Étiquettes : ,

2 responses to “Connaissez-vous Big Think ?”

  1. Amaury says :

    Bien vu ! A la très bonne question de savoir si formatage et innovation sont contraires (incompatibles éventuellement), je ne serais pas aussi catégorique. En effet, une certaine forme de formatage méthodologique peut amener de l’innovation (ex: l’innovation sociale basée sur l’expérimentation). Ce n’est et ne doit pas être la seule voie de l’innovation évidement !

  2. ladhari says :

    le mot « formatage » n’est-il contraire à « innovation » Enfin, peut-être que l’oxymore est la voie innovante de la politique : la loi de la relativité en somme……juste une fulgurance à l’emporte-pièce……
    Construire une pensée ? oui, laquelle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :